Blog

La vodka: doux spiritueux ou désinfectant de grandes surfaces?

Vodka, doux spiritueux ou désinfectant de grandes surfaces?

Vodka: doux spiritueux ou désinfectant de grandes surfaces?

La vodka est un spiritueux emblématique des pays de l’Est. On y associe principalement la Russie ainsi que la Pologne. Connue et dégustée dans tous les pays du globe, cette boisson est pourtant victime des grandes industries. En effet, énormément de grandes marques lui confèrent un goût plutôt horrible, soyons clairs. À ce véritable crime s’ajoute l’arrivée d’internet et de ses (dés)informations. Car oui, internet regorge de mythes et de légendes sur la vodka… l’heure est grave! C’est pourquoi nous avons décidé de remettre les pendules à l’heure, de rétablir la vérité sur son origine, son histoire, sa conception, sa dégustation. Ainsi, après la lecture de cet article la vodka n’aura plus de secret pour vous. Vous pourrez enfin déguster un excellent spiritueux et étonner tous vos amis en ayant beaucoup de choses à leur apprendre et à partager avec eux.

vodka, doux spiritueux ou horrible désinfectant?

vodka, doux spiritueux ou horrible désinfectant?

Devenu l’alcool national de plusieurs pays, la vodka mérite autant d’attention et de connaissances qu’un vin en reçoit de la part d’un oenologue. Autant d’amour qu’un zhytologue offre à sa bière. Ainsi, pour vous apporter des informations de qualité, nous avons le plaisir d’écrire cet article en collaboration avec Monsieur Thierry Van Renterghem. Si son nom vous est inconnu, sachez qu’il est le créateur de la vodka mondialement reconnue « COSMIK». C’est donc à l’âge de 38 ans qu’il a réussi sa première bonne vodka. Et comme il nous le dit d’emblée : « faire une vodka, c’est facile. Faire une bonne vodka, c’est du temps, de la patience et de la passion».  Cosmik c’est donc une vodka naturelle, organique, médaillée, mondialement reconnue et belge. Excusez du peu! C’est donc en qualité d’expert de la vodka qu’il nous a accueilli à bras ouverts et dès les premières paroles échangées par téléphone, nous avons senti chez lui une véritable passion pour la bonne vodka. Vous avez très certainement déjà discuté avec une personne passionnée, elle parle de détails, de techniques, d’amour, bref…seules quelques phrases suffisent à vous faire comprendre que là, c’est une passion et pas juste du bla-bla.

Ainsi, il nous fait l’honneur d’apporter à cet article son savoir et son savoir-faire en levant le voile sur le monde de la vodka.
Prenez place, installez-vous confortablement et partons ensemble découvrir les champs de céréales, les soirées arrosées et les arômes hors du commun. Bienvenue dans le monde de la Vodka!

 

Commençons par la base, qu’est-ce que la Vodka?

« La vodka est avant tout le fruit d’une distillation d’un moût de blé» nous répond simplement Thierry Van Renterghem – appelons-le l’expert. Et via cette première précision nous allons rétablir une première grande vérité! NON, à l’origine la vodka n’est pas le fruit d’une fermentation de pommes de terre. Oui, laissez-moi vous expliquer. Tout d’abord, partons de l’idée que l’histoire est faite de périodes difficiles. En effet, rares sont les générations qui ne traversent pas de guerres, de famines et de beaucoup d’autres événements peu enviables. Ces événements ont rendu la culture de la pomme de terre plus courante que la délicate et capricieuse culture de céréales. Durant la guerre, l’objectif est d’affaiblir l’ennemi. Brûlons donc ses denrées! Mettons le feu à un champ de blé…simple n’est-ce pas?! Maintenant mettons le feu à des pommes de terre…hem… Voyez-vous où je veux en venir? Maintenant vous comprenez pourquoi on optera dès lors pour la bonne vieille patate bien plus difficile à faire flamber que le blé, le maïs, etc…

Outre les guerres, la météo joue aussi un rôle important dans le bon développement des denrées. En effet, les céréales préfèrent des températures plus stables et une humidité bien régulée. Elles sont ainsi plus fragiles aux variations climatiques. En contre-partie, la pomme de terre s’épanouit dans un climat plus variable. C’est donc ainsi que les peuples victimes d’un quotidien difficile n’ont eu d’autre choix que de créer un spiritueux à partir de matière première à leur disposition: la pomme de terre. Aujourd’hui nous pouvons affirmer que la vodka originale est faite à base de mout de blé mais que le temps passant à élargi son procédé de conception. Aujourd’hui, elle peut être produite à partir de nombreuses matières premières telles que des betteraves, des pommes de terre voire même des fruits.

Mais attention, ne s’appelle pas « vodka» qui veut! En effet, « la distillation suivant la méthode moderne doit être triple (…) pour obtenir cette appellation contrôlée» nous confirme notre expert. Et généralement, une bonne vodka tourne aux alentours de 38°. Pssst, nous sommes obligés de vous rappeler qu’il faut la consommer avec vos amis certes, mais aussi et surtout avec sagesse! Dès lors, sachez que lorsque vous dégustez une vodka, vous sirotez une appellation contrôlée au même titre que le sont les cognacs et les champagnes.

Nous savons maintenant que la vodka peut être conçue à partir de différentes matières premières. Cependant, nous pouvons identifier deux principaux types de vodka:

• Les vodkas non-aromatisées

Celles-ci ne contiennent aucune saveur ajoutée. S’il n’est pas rare de détecter en elle des arômes savoureux, elles tendent à la neutralité gustative et nécessitent de l’attention de la part des chanceux qui vont en déguster.

Vodka Beluga Export

Vodka Beluga Export

Vous trouverez notamment la vodka Beluga sur notre site et bien évidemment la vodka COSMIK. Dans ces vodkas, vous trouverez des arômes neutres et devrez certainement faire preuve d’un peu d’expertise pour détecter une bonne ou une mauvaise vodka. Sachez simplement une chose, la prix n’indique RIEN. Vous en doutez? Appelez-moi et je vous ferai une horrible vodka « hand-made» avec ce que j’ai sous la main et je vous la vendrai avec plaisir à 499€.  Mais soyons sérieux! Aussi étonnant que cela puisse paraître, une vodka doit être douce, agréable et délicate.

 

 

 

 

• Les vodkas aromatisées

Vodka Piment & Miel

Vodka Piment & Miel

Elles sont produites de manière à exprimer des saveurs et des arômes prononcés. Souvent sucrées, elles sont devenues extrêmement populaires auprès du grand public. Malheureusement, comme nous l’avions introduit d’emblée, ce sont les vodkas les plus fréquemment proposées par les grandes boites. C’est donc dans cette catégorie que vous trouverez un nombre incroyable de mauvaises vodkas. Et pourtant, si vous voulez découvrir une vodka aromatisée qui sort de l’ordinaire et qui respect vos papilles, c’est tout à fait possible. Et puis pourquoi ne pas tenter la vodka Nemiroff au piment et au miel?

 

Alors, comment « bien » consommer une vodka?

Bien consommer un spiritueux c’est le consommer avec sagesse. Alors partons du principe que vous, lecteurs, vous êtes sages. Notez toutefois qu’il y a une façon de savourer sa vodka au même titre qu’on ne sert pas une bière tiède avec 30cm de mousse et qu’on ne sert pas un vin à 40°C dans une flûte à champagne. À chacun son verre, à chacun sa température.

Selon notre expert en la matière, « la meilleure façon de déguster une bonne vodka (…) c’est à température de 2°C à 8°C afin que tout le raffinement de l’aromatique soit présent». De plus, ajoute-t-il, « j’insiste sur BONNE vodka, c’est à dire une vodka de céréales» et je pense pouvoir confirmer qu’il ne vise donc pas les pseudo-vodkas que vous trouverez facilement au supermarché du coin. Car en effet, pour Monsieur COSMIK, une bonne vodka c’est une vodka à laquelle on accorde énormément d’attention durant tout le processus de fabrication. Un produit de base de qualité, une maîtrise de la pratique et une attention constante remplie de savoir-faire et de bienveillance. Voilà le secret d’une BONNE vodka. En effet, c’est monnaie courante lorsque l’objectif est uniquement de gagner de l’argent, vous aurez droit à un mauvais résultat. Mais quand l’objectif est de créer un produit qualitatif en y apportant amour et passion, vous aurez enfin un résultat de qualité. Qu’importe le domaine, qu’importe le produit.

Maintenant que nous savons à quelle température la déguster, voyons dans quel contenant la verser. Il est vrai que l’image du russe et de son shoot de vodka englouti à toute vitesse va inévitablement pointer le bout de son nez. Alors, oui, une fois de plus l’histoire explique pourquoi nos pauvres paysans ne prenaient pas le temps de s’installer à table, avec un cigare, un verre large et du caviar pour siroter leur délicieuse vodka. Ils n’en avaient ni les moyens, ni les intentions, point. Le but était d’adoucir un temps soit peu leur rude quotidien. Alors pas de chipoterie, on boit vite, beaucoup et….donne moi le verre le plus proche, ça fera l’affaire. C’est aussi simple que cela. Et côté qualité, le seul indice s’examinait dans le nez rouge du consommateur, dans sa démarche titubante ou dans ses conversations sans queue ni tête. On est bien loin de l’expertise aujourd’hui appliquée.

Cependant, les temps changent, les connaissances évoluent, les passions éclosent et la méthode de dégustation se raffine. Ainsi, l’oeuvre du temps et le savoir des experts s’allient pour nous conseiller aujourd’hui de déguster une vodka dans un verre assez large afin d’en apprécier chaque gorgée. Et de laisser l’oeuvre de la distillation vous offrir des arômes inattendus.

 

Fermentation, distillation, filtration. De quoi parlez-vous?

Distillerie de vodka

Distillerie de vodka

Laissons place à Mr. Van Renterghem, il en sait bien plus que nous.

• « La fermentation c’est la préparation du moût. Comme on parle de céréale, il faut une activation de fermentation» via l’ajout de levure. En résumé, on extrait simplement les sucres des ingrédients.
• Deuxièmement, on passe à la distillation. « Une fois la fermentation terminée, on passe à l’étape de distillation. Soit en colonne ou en alambic».
• Enfin, vient l’étape finale de la filtration. Ainsi notre expert nous informe que la filtration « permet d’éliminer les mauvaises particules » et ce, dans le but de ne conserver que le meilleur du meilleur.

En résumé, ce sont les trois principales étapes pour passer de la matière première au spiritueux embouteillé. Ces trois étapes sont cruciales car c’est à cet instant que le maître distillateur met tout son savoir-faire en avant. Et comme nous le raconte amoureusement notre expert, tout est une question de patience et d’expertise. C’est « comme du lait sur le feu» plaisante notre expert. Une minute d’inattention et c’est trop tard.

 

Et c’est russe ou polonais?

Imaginez maintenant une oeuvre d’art mondialement reconnue. Cependant, l’auteur de cette oeuvre n’est pas officiellement identifié. Ensuite, ajoutez deux prétendants. Enfin, contemplez la bataille à laquelle ils vont se livrer afin de savoir qui est à l’origine de cette oeuvre. Dans le monde de la vodka, le dilemme est exactement le même et la recette aussi. Prenez de la vodka, ajoutez-y une pincée de russes et une pincée de polonais et laissez mijoter…. BRAVO, vous avez réussi à créer la bataille pour la primauté d’origine de la vodka. Bataille qui dure et durera encore, et encore… et encore.

Sur ce point, notre ami expert à son avis. Et il est bien tranché!  « N’en déplaise à mes amis polonais et aux frontières modernes» nous dit-il, « les lettres de noblesse de la vodka sont bien russes avec du blé sibérien». Point. Sujet clos.

À vous de vous faire un avis, nous ne prendrons pas part à ce combat. Mais promis, nous resterons pour contempler le champ de bataille.

Quelle est l’origine de la vodka? Russie? Pologne?

Et la vodka « COSMIK » de notre expert, qu’en est-il?

Inutile de préciser que cette vodka fait partie des bonnes vodkas.  Mmmmh, que dis-je?! Elle fait partie des excellentes vodkas. Pourquoi? Et bien tout simplement parce qu’elle est le fruit d’un travail long, minutieux et rempli de passion. L’objectif premier de Thierry, notre expert, est de créer une vraie bonne vodka. Il nous explique qu’à l’époque, verre de vodka à la main, lui est venue cette question: « mais pourquoi dois-je boire ce truc dégueulasse?». De ce questionnement naquit un objectif passionnel : créer sa vodka et y mettre tout le temps nécessaire afin de la rendre unique. Objectif qui sera accompli quelques années plus tard, lorsque notre expert fêtera ses 38 ans et la naissance officielle de son bébé « COSMIK».

« COSMIK c’est ce qui nous mène vers les étoiles, c’est un peu comme l’ivresse que vous risquerez de rencontrer si vous en abusez» nous raconte amoureusement notre expert. Cette vodka, nous dit-il, « s’apparente à un petit ruisseau qui pourrait atténuer votre soif au cours d’une randonnée (…) vous avez envie de boire une boisson délicate et pleine de douceur… prenez une vodka COSMIK à bonne température».  Car oui, « vodka» signifie « petite eau», vous conviendrez qu’on est bien loin des grimaces que nous affligent les horribles vodkas de grandes surfaces. Voilà pourquoi cette boisson mondialement connue mérite beaucoup d’attention et de connaissance afin de n’en retirer que le meilleur. De son origine, à sa dégustation en passant par sa délicate conception.

Mais pour faire bref, Cosmik c’est une vodka ultra premium, plusieurs fois médaillée, rendant ses lettres de noblesse à un alcool trop souvent négligé. Elle est distillée à six reprises. Le distillat de blé est ensuite filtré dix fois à l’aide d’une pierre calcaire spécifique qui lui confère une douceur hors du commun. Pour terminer l’oeuvre, une eau pure provenant de la région de la Loire est utilisée afin de réguler la vodka. Il ne reste plus qu’à la déguster. Et ça, certains organismes de renom tel que le « Beverage Tasting Institute » (Chicago) l’ont fait à plusieurs reprises et toujours avec le même engouement.

Le résultat est sans appel: Cosmik a reçu 4 médailles sur 4 concours et a fini 3ème meilleure vodka au monde lors du Blind Taste de Chicago en 2012.
Une fois de plus, excusez du peu!

 

Une double cerise sur le gâteau.

En effet, pour couronner cette vodka d’exception quoi de mieux qu’un label « MADEINBELGIUM». Et bien Monsieur Thierry Van Renterghem l’a fait. Comme il nous l’explique, « on pourrait aisément dire qu’elle est belgo-française car j’utilise un blé d’une qualité extraordinaire de Beauce», battu par les vents et poussant plusieurs fois par an. Aussi,  « je profite des installations d’une connaissance à Cognac. Et c’est tout le dilemme, le savoir-faire est belge et je suis belge donc on peut dire que mon oeuvre est 100% belge».

Mais ce n’est pas tout. Nous vous avions promis une DOUBLE cerise, alors faites place à la deuxième. Soyons honnêtes, combien de vins et/ou spiritueux peuvent se vanter d’être naturels? Sulfites, colorants & autres  additifs sont monnaie courante dans bon nombre d’aliments et de boissons que nous achetons dans les grandes surfaces. Mais il n’en est rien pour la vodka belge Cosmik. En effet, « elle est totalement naturelle et même organique, le blé ayant servi est réutilisé à deux fins différentes. La première, à stopper la germination de l’orge pour notre whisky (car oui, notre expert ne se limite pas à la vodka d’excellence. En effet, il élargit son offre en proposant un whisky que je vous invite à déguster). La seconde, consiste à remettre le surplus en nourriture au bétail» s’exclame fièrement Monsieur COSMIK.

 

Alors que voulez-vous de plus?

Une vodka organique, respectueuse de l’environnement, belge, maintes fois récompensée, mondialement reconnue, fruit d’une passion et d’une expertise hors du commun.
Bref une vodka que je vous conseille de déguster sans plus attendre…en plus, elle est belge (oui, je sais, je l’ai déjà dit…et alors?!).

Et c’est sur ces douces paroles légèrement nationalistes que se clôture cet article sur le monde de la vodka. Nous espérons sincèrement avoir retenu votre attention et votre curiosité. De plus, j’espère personnellement avoir apporté un peu de connaissances à votre journée et beaucoup d’envie de découvrir nos vodkas ainsi que la vodka Cosmik qui sera prochainement disponible sur notre site www.eastproducts.be

 

Une question, une remarque? Faites-le nous savoir en commentant cet article ou en nous joignant par e-mail à info@eastproducts.be

Nous répondons à toutes vos questions, à toutes vos remarques!

 

Laisser un commentaire